À Fréchette on s’occupe de la Terre et on s’active! 

389
Mia Arsenault - Aurélie Boudreault - Abigaëlle Tremblay - Maggie Boudreault - Gabrielle Gagnon - Nancy Lachance - Félicia Marchand - Florence Deschênes - Zoé Owens - Cloé Owens - Anaïs Lavoie - Britany Simard - Noémie La voie - Laurie Côté 

À l’école Fréchette, une panoplie d’activités sont organisées par de brillants élèves et leurs enseignants. Actifs et sensibles au bien-être, ils ont trouvé des solutions pour améliorer leur mode de vie. Tout d’abord, un groupe de filles, Filles Actives, organise des midis et différents regroupements sportifs comme de la danse, de la course, de la marche, du conditionnement, etc. Elles se rencontrent sur l’heure du midi et s’activent en groupe. Pour conclure l’année, les filles se sont déplacées à Québec avec d’autres groupes de partout dans la province, pour vivre différentes activités sportives. 

De plus, cette année une belle nouveauté est arrivée au sein de l’établissement scolaire. Les élèves vivent une fois par cycle de 9 jours des après-midis complètes de plein air pour respirer le bon air. Que ce soit pour gravir le Mont-Édouard, l’escalade ou la survie en forêt les jeunes seront d’accord pour dire que cela est très intéressant et amusant.

Pour terminer le comité vert fait différentes actions pour la planète et pour instruire les jeunes à celle-ci. Pour le jour de la terre, en échange de bonnes actions et services, la population étudiante recevait des goupilles et, par la suite, pouvait les échanger contre des plants de fleurs et de concombres, des livres et des savons faits à la main. L’école est sur la voie de la réussite et elle continuera à l’être si tous ces beaux gestes se poursuivent.

Annabel Tremblay et Maïka Pelletier (sec. 5)

 

Bleu

Bleu, la couleur du ciel comme de la mer, les nuances que nous recherchons lors de notre voyage dans ce monde. Les vagues émouvantes qui frappent le bord de la plage, les souvenirs de notre tendre enfance reviennent et les mauvais moments disparaissent dans nos souvenirs. Les bateaux qui sont en harmonie avec cet endroit si mystérieux. Les humains aiment avoir le contrôle, les animaux terrestres et la Terre elle-même n’ont pas d’autres choix que de se laisser prendre par l’emprise de ces êtres soi-disant supérieurs. Bleu, la couleur de tout ce qui est inatteignable et incompréhensible. Nous voulons explorer au-delà du ciel avant de voir la totalité de ces fonds ténébreux. L’humain a peur, il est effrayé même. La peur de trouver ce qu’il ne veut pas, terrorisé de la déception. Nous venons de cet endroit et nous en sommes maintenant effrayés. Bleu, la couleur de la tristesse, déception. Un sentiment d’inconnu nous poignarde à chaque moment lorsque notre corps chaud combat le froid de ces eaux. Bleu, la couleur de notre destin…

Kéliane Boudreault (sec. 4)