Chapeau à ces mamans!

837

Dans cette édition, le thème étant « Les femmes au Bas-Saguenay », il faut tourner les lumières sur les mamans qui ont des enfants avec des besoins particuliers. Celles qui mettent de côté leur carrière ou leurs désirs pour s’occuper d’un enfant avec une déficience physique, sensorielle, intellectuelle ou qui ont un enfant avec un trouble du développement, du déficit de l’attention, du langage ou de l’apprentissage.

Aujourd’hui la plupart des enfants qui ont des besoins spéciaux, qu’ils soient sévères ou légers, demeurent dans leur famille. La mère devient donc souvent la principale intervenante auprès de l’enfant. On peut l’appeler la maman aux mille métiers. Elle joue le rôle d’infirmière, préposée aux bénéficiaires, travailleuse sociale, éducatrice, femme de ménage, cuisinière de mets spécialisés, chauffeuse de taxi, etc. Elle peut pratiquer tous ces métiers en une demi-journée! Même pas de syndicat pour lui dire qu’elle enfreint les lois parce qu’elle passe d’un poste à l’autre, et ce, dans un même quart de travail.

L’enfant aux besoins particuliers est souvent encadré par une équipe de spécialistes, orthophonistes, ergothérapeutes, psychoéducateurs, travailleurs sociaux, physiothérapeutes, etc. Cela veut dire que la maman doit se déplacer pour aller rencontrer ces différents intervenants. Elle doit souvent prendre congé du travail ou s’organiser pour faire garder les frères et sœurs, s’il y a lieu. Elle ne lésine pas une miette à donner de son temps pour l’amélioration de la santé de son enfant.

Lorsqu’une maman décide de mettre sa carrière professionnelle de côté ou sur pause pour un moment, cela a des conséquences directement sur la famille. Bien entendu, une baisse de revenu financier se fait sentir, mais il y a également le sentiment de souffrir d’isolement. Le côté social prend souvent une débarque. Si vous connaissez une maman qui vit cette situation, n’hésitez pas à l’inviter à faire une promenade ou allez jaser avec elle, si vous saviez le bienfait que vous pouvez lui apporter. Juste un petit trente minutes par jour qui peut tout changer.

Certaines installations existent au Bas-Saguenay pour les enfants aux besoins particuliers, mais il serait très agréable qu’il y en ait plus. Ces enfants, adolescents, adultes doivent continuer à se développer et apporter leur apprentissage à la population. On a besoin en tant que société, de ces êtres humains qui nous font grandir, nous ramènent à l’essentiel et nous montrent leur joie de vivre.

Chapeau à ces mamans qui accompagnent leurs enfants dans toutes les sphères de leur vie. Votre patience, résilience, simplicité, dévouement et détermination sont des qualités propres à vous. La vie vous a choisies pour partager votre temps et votre amour avec ces êtres fabuleux. Baisser les bras ne fait pas partie de votre langage.

On vous rend grâce aujourd’hui et nous vous levons notre chapeau, chères mamans !