La cuisine à l’école Du Vallon

1276

Bien manger fait partie intégrante de la philosophie de l’école Du Vallon. Les jeunes ont voulu partager les différents apprentissages qui en découlent ainsi que les bienfaits que cela apporte.

À la découverte des aliments du terroir québécois

Chaque année, nous allons ramasser des bleuets à la bleuetière Saguenoise avec tous les élèves de l’école. Notre technicien en gestion alimentaire, monsieur Guillaume Carter, a fait une réserve de bleuets avec l’aide de certains élèves. Cette réserve va nous servir à faire des projets culinaires comme des petites croustades ou du pouding chômeur.

Monsieur Guillaume nous a également présenté de la farine de gourganes provenant d’une entreprise du Lac-Saint-Jean.

À chaque mois, toutes les classes ont une activité culinaire avec M. Guillaume. Nous apprenons différentes techniques ainsi que de nouveaux aliments qui proviennent de notre magnifique territoire.

Samian 5e année et Lily-Rose 6e année

Le projet Passions permet également aux élèves de cuisiner. On cuisine des recettes avec ce que nous faisons pousser à l’école. Suite à notre récolte de topinambours, nous avons fait un potage, des chips ainsi qu’une salade avec l’aide de M. Guillaume. C’était vraiment délicieux !

Jeanne Gaudreault 4e année

 Les différents apprentissages que nous faisons sont également réinvestis en classe. Par exemple, dans la classe de M. Jean-François, chaque élève fait une petite recherche sur les épices boréales du Québec. Il est important de trouver son utilité ainsi que les effets que cela apporte.

Siméon Park 4e année

Les techniques de coupe lors des ateliers culinaires

Voici les différentes techniques de coupe que nous avons appris avec M. Guillaume Carter.

« La patte de chat » : pour protéger les doigts de la main qui tient l’aliment, les recourber légèrement de manière à ce que les ongles soient en contact avec l’aliment (les jointures servent de guide pour que le couteau soit perpendiculaire à la planche à découper).

« La scie » : effectuer un mouvement de va-et-vient avec le couteau. Ainsi, l’action se compare au mouvement d’une scie et non à celui d’un marteau!

« Le tunnel » : pour couper de petits ingrédients (ex. : raisin, tomate cerise, etc.). Tenir l’aliment de chaque côté de façon à ce que la paume de la main forme un tunnel au-dessus de l’aliment. Placer le couteau au centre afin de couper l’aliment de façon sécuritaire.

« La glissoire » : pour déposer les aliments coupés dans un bol ou une casserole, incliner la planche à découper au-dessus du récipient et utiliser le couteau pour y glisser les aliments.

Les ateliers culinaires nous permettent également d’enrichir notre vocabulaire. Plusieurs instruments ont des mots spécifiques comme la Maryse, le cul de poule, l’économe ainsi que les types de couteaux (le couteau à beurre, le couteau d’office et le couteau du chef).

Finalement, la bibliothèque de l’école possède une multitude d’ouvrages reliés à la cuisine. C’est vraiment motivant !

Émile Valino Chartrand 5e année et Étienne Valino Chartrand 6e année

Les bienfaits de cuisiner

La cuisine nous procure de la fierté, de la joie et de la créativité. En cuisinant, on peut apprécier davantage nos recettes personnelles.

Étienne Valino Chartrand 6e année

Planifier un repas en famille amène son lot d’activités. Nous pouvons organiser une journée en pyjama, confectionner des biscuits ou prévoir une compétition du plus beau sapin de Noël.

Kim Houde 4e année

En voyant le temps des fêtes qui approche, les élèves ont plusieurs idées reliées à la cuisine.

Ils aimeraient organiser un diner de Noël et ce sont les élèves qui cuisineraient. Chaque classe aurait son mandat et le repas serait servi pour tous les élèves et le personnel de l’école.

Élie Valino Chartrand 4e année

Donner au suivant

Il ne faut pas oublier qu’il y a encore la possibilité de venir porter des denrées non périssables à l’école.  Il y aura des boîtes prévues à cet effet. Chaque petit geste compte.