Où en est la démarche «Créer le Petit-Saguenay de nos rêves» ?

256
Un atelier de lecture à l’école du Vallon, le 21 avril 2022

Depuis le mois de Février, avec ma casquette de stagiaire à la municipalité de Petit-Saguenay, je multiplie les animations dans le village pour aller à la rencontre des habitants et récolter leurs rêves pour leur communauté. Le but ? Alimenter la future politique de participation citoyenne et de développement durable de la municipalité, afin de proposer un plan d’action en adéquation avec les attentes des citoyens. Au total, c’est environ 300 citoyens (petits et grands) de Petit-Saguenay que j’ai rejoint, c’est-à-dire presque la moitié de la population ! Eh oui, l’avantage c’est que ça va vite.

Pour ce faire, j’ai organisé une vingtaine d’activités de consultations… peu communes. En voici une liste non exhaustive : chasse aux cocos, arbre à souhaits de Noël, marche-discussion, concours photos, jeu de dés au tournoi des entreprises, dîner-discussion avec les agriculteurs, création d’une chanson avec la chorale, jeu de tissage avec le cercle des fermières, ateliers de lecture à l’école du Vallon, questionnaire envoyé aux élèves de l’école Fréchette, atelier au lancement de la politique MADA, atelier sur le marketing territorial avec les entreprises touristiques, et bien d’autres.

L’ensemble de ces exercices étaient structurés selon les 21 thématiques de la transition socio-écologique. C’est-à-dire que l’on posait des questions aux citoyens sur différents sujets comme la mobilité durable, l’alimentation, les loisirs, l’art et la culture, l’économie, la consommation, les aînés, les jeunes, etc. Retrouvez les autres thématiques sur le site internet du Grand Dialogue pour la transition au Saguenay-Lac-Saint-Jean, avec qui nous avons créé ces activités.

Le projet était axé sur « la volonté de la municipalité à adopter des politiques et outils avant-gardistes en participation citoyenne et en développement durable ». J’avais donc le champ libre et une entière confiance de l’équipe municipale pour tester une démarche innovante, qui n’avait été réalisée nulle part ailleurs. L’aspect ludique et festif de ces activités visait à démystifier la consultation publique plate et ainsi redonner le goût aux citoyens de s’impliquer dans la vie politique et communautaire de leur village. De plus, la variété de formats (suscitant différentes intelligences : kinesthésique, linguistique, visuelle, etc.) visait à rejoindre le maximum de personnes possibles, afin d’entendre toutes les voix du village.

Le succès (ou non) de cette démarche fera l’objet d’une recherche universitaire. Certains participants aux activités se verront sollicités pour passer, s’ils le souhaitent, un entretien avec des chercheurs de l’UQAC à l’automne prochain.