Le soin de soi ne s’achète pas!

701
Ce qui peut faire du bien à nos vulnérabilités ne peut pas se vendre.

Prends soin de toi, paye-toi quelque chose qui va te faire du bien! On entend souvent ce genre de phrase comme des mantras à utiliser quand on ne va pas bien. Il est clair que prendre soin de sa santé physique et psychique est important, par le sport ou par la méditation par exemple. Le problème survient quand les grandes compagnies s’emparent de cette idée pour en tirer du profit et nous vendre leurs produits.

Prenez soin de vous! (mais à quel prix? )

Des maux importants touchent de plus en plus les femmes et les hommes et il est certain que nous-mêmes, ou quelqu’un de notre entourage, en vivent un ou plusieurs : anxiété, dépression, troubles du sommeil, troubles alimentaires et dépendances.

Nous connaissons tous ces enjeux : les grandes compagnies aussi. Les publicités, les compagnies de produits cosmétiques, les influenceur-e-s sur YouTube mettent une grande pression sur l’importance de prendre soin de nous, dans l’optique que nous sommes conscients de ne pas aller bien et qu’il faut bien faire quelque chose pour y remédier.

En réalité, les multinationales, en nous proposant produits de beauté et d’hygiène et rituels de toutes sortes font la « piasse » sur le dos de notre vulnérabilité. À preuve: le chiffre d’affaires des 10 meilleures applications de bien-être pour iPhone et Android a augmenté de 170 % en 2017. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le self-care « est la somme des actions que les individus effectuent pour rester en santé (physique et mentale) tout en prévenant ou en guérissant leurs blessures ou maladies existantes ».

Nulle part on peut lire qu’on a besoin d’une crème hors de prix. Prendre soin de soi ne devrait pas être un luxe qu’on peut « se payer ».

Nos problèmes ne se règlent pas simplement en une séance de spa, en buvant des smoothies détoxifiants ou en se faisant des masques de beauté. Sur le coup, ils nous font du bien, mais est-ce vraiment là que se situe le nœud des choses que nous avons à régler sur nous-mêmes et notre collectivité ? Est-il vraiment possible de guérir de notre mal-être qui dure en consommant ce shampoing dispendieux? Je crois plutôt que tous ces produits qu’on nous propose nous mettent un écran de fumée et nous poussent plutôt à nous en éloigner de ce qui importe.

Le concept du self-care ou du soin de soi, quand on le regarde d’un point de vue capitaliste, fait porter le poids des maux psychologiques et politiques sur les épaules des individus, tout en gardant intouchés les vrais responsables de ces mêmes maux : capitalisme, néolibéralisme, productivisme, performativité sociale et individualisme, tous des phénomènes qui sont souvent la source de nos malaises, nos questionnements existentiels et nos enjeux mentaux.

Prendre soin de soi, c’est aller à la source de ces maux, et non pas les masquer avec tout produit qui prétend nous amener la paix intérieure. Ce qui peut faire du bien à nos vulnérabilités ne peut pas se vendre.

Des pistes de solution pour un vrai self-care ? Aller dehors, s’exprimer par la parole ou tout acte créateur, s’écouter, apprendre à s’aimer comme on est, apprendre à dire non ou à dire oui, s’investir dans la vie des personnes que l’on aime. Tout ce qui, dans le fond, ne peut s’acheter nulle part.