Un vernissage pour lancer les politiques de développement durable et participatif

326

Le 6 février dernier, le conseil municipal de Petit-Saguenay adopte les deux politiques de développement durable et de participation citoyenne, ainsi que le plan d’action 2023-2028 associé, sur lesquels il travaille depuis un an maintenant. Le lancement se fait le mercredi 1er mars sous forme de 5 à 7, au centre communautaire de l’aréna. Au programme, vernissage et spectacle mêlant contes et improvisation. L’évènement est ouvert à tous et toutes !

L’objectif principal de ces deux politiques était de pérenniser des éléments de culture de la municipalité de Petit-Saguenay, comme la mobilisation citoyenne et la sensibilité à l’environnement, malgré les changements de conseils et d’agents municipaux. Selon un des élus actuels, « cette volonté émanait du nouveau conseil municipal de 2017. Cependant, même si le conseil avait mis sur place le budget participatif par exemple, la formalisation et la structuration des approches de participation citoyenne et de développement durable étaient restées un peu comme lettres mortes. » En effet, tout de suite après son élection, le nouveau conseil s’était retrouvé devant le 100ème de Petit-Saguenay, un évènement important mais très prenant en énergie. C’est alors qu’il a reçu l’invitation des Ateliers des Savoirs Partagés (ASP), démarche panquébécoise grâce à laquelle, 4 ans plus tard, il a pu engager une stagiaire financée par une bourse universitaire. Son mandat : élaborer une politique de développement durable et de participation citoyenne innovante.

Afin d’écrire ces deux politiques et définir les actions à entreprendre dans les cinq prochaines années, la municipalité a décidé de sonder ses citoyen·nes. Pour ce faire, une multitude d’activités a été organisée de février à juin 2022, pour faire rêver l’ensemble des résident·es de Petit-Saguenay et ainsi comprendre leurs aspirations et besoins. Cette démarche intitulée « Créer le Petit-Saguenay de nos rêves » a donné naissance à de nombreuses idées, résumées dans un récit de vision collectif. C’est le contenu de ce récit qui se retrouve de manière officielle et réparti dans les deux politiques et le plan d’action. Grâce au travail réalisé auprès de la communauté, ces politiques publiques ont un goût d’authenticité. Si vous lisez ces documents, sur le site internet de la municipalité par exemple, vous plongez en plein cœur des paroles des citoyen·nes de Petit-Saguenay.

Mais que contiennent alors ces politiques ?

Si vous parcourez les pages de la politique de participation citoyenne, vous allez traverser les valeurs de la municipalité ainsi que les principes directeurs dont elle se dote en matière de mobilisation citoyenne, comme par exemple :

  • « Donner une place aux jeunes dans les prises de décision qui les concernent ;
  • Utiliser le réseau déjà en place (clubs, organismes communautaires, comités, etc.) ;
  • Utiliser des outils de communication complémentaires : réels et virtuels ;
  • Proposer des activités de participation citoyenne ludiques et festives ;
  • Réaliser un lac à l’épaule pour chaque conseil nouvellement élu. »

Vous y trouverez aussi et surtout des définitions, ainsi que des outils, des guides et les modalités de mise en œuvre pour assurer que ces mots se transforment en actions. Finalement, cette politique porte la volonté de « faire perdurer la culture participative déjà en place. »

Dans les premières pages de la politique de développement durable, vous pourrez y lire : « un développement qui est durable aux yeux de la municipalité, est un développement sensé et à échelle humaine ». Cette définition est importante puisque chaque organisme a sa propre conception de ce qu’est le développement durable. Celle de la municipalité est d’ailleurs schématisée dans la politique, inspirée de son logo. Sinon, vous pourrez aussi y lire les principes directeurs, le récit de vision collectif et le plan d’action.

Concernant le plan d’action 2023-2028, il est organisé en tableaux selon six défis principaux, soit :

  1. le bien-être de la communauté,
  2. l’aménagement territorial,
  3. la résilience alimentaire,
  4. la décarbonisation,
  5. le dynamisme économique
  6. et la gouvernance participative.

Pour chaque défi, entre deux et quatre objectifs ont été identifiés, eux-mêmes décomposés en plusieurs actions. Le plan d’action peut alors paraître ambitieux, vu la taille du village. Cependant, ce dernier ne sollicite pas l’énergie de l’équipe municipale uniquement, mais bien du réseau d’acteurs au complet (MRC, OTJ, associations, clubs, partenaires, etc.).

L’équipe municipale sait pertinemment que le plus gros travail reste encore à venir. Il faut faire vivre cette politique et s’assurer de la mettre en œuvre. La première étape est de la partager publiquement. Ainsi, la municipalité organise le lancement des politiques sous forme de 5 à 7 le mercredi 1er mars à l’aréna de Petit-Saguenay. Ce lancement comprend un vernissage des illustrations du récit de vision, réalisé par une animatrice du Grand Dialogue pour la transition. Vous aurez aussi la chance d’assister à un spectacle unique mêlant contes et improvisation avec la troupe de l’Imprévu, pour donner vie au récit de vision collectif. Ouverture des portes à 17h et allocutions à 17h30.

Profitez de la semaine de relâche pour venir prendre un verre, voir les dessins, prendre connaissance des actions planifiées pour les cinq prochaines années dans la municipalité de Petit-Saguenay et assister au show !

Pour faire un lien avec la thématique de ce numéro qui aborde les liens entre le tourisme et l’environnement, je vous propose deux petits extraits du récit de vision collectif. Selon moi, ils font écho aux articles que vous allez avoir la chance de lire dans les prochaines pages. Cette vision est présentée sous forme de récit fictif, non exhaustif. Le narrateur est un nouvel arrivant à Petit-Saguenay, en 2035.

« Le plus marquant ici, c’est le nombre de personnes qui marchent ! Par n’importe quel temps, à n’importe quelle heure, il y a des gens qui marchent dans le village. Il faut dire que notre réseau de sentiers est bien développé et entretenu. De nombreuses personnes viennent profiter des activités de plein air. C’est d’ailleurs comme ça qu’on a découvert Petit-Saguenay. Lorsque je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas de boulangerie, c’était le projet professionnel parfait pour venir s’y installer. »

« L’art et la culture ont une place importante dans le village : bibliothèque, concerts, peinture, etc. Beaucoup de personnes m’ont parlé d’un spectacle appelé Marguerite. Apparemment c’était grandiose ! Depuis, la chorale s’est agrandie. Ils préparent un nouveau spectacle sur l’histoire du village perdu de Saint-Étienne. J’ai hâte de voir ça ! Ça va se passer à l’aréna, qui vient d’être rénovée. Le bâtiment est éco-énergétique et s’intègre bien au paysage. Il y a même une piscine à l’intérieur. Il fait aussi office de centre d’accueil pour le réseau de ski haute-route des Sommets du Fjord et de vélo de montagne l’été. »